tribu energie
BUREAU D’éTUDES
éNERGIE eT DéVELOPPEMENT DURABLE
 
Energie positive
Réglementations
Energies renouvelables
Qualité environnementable
Thermographie infrarouge
Energie grise
Audit grandes sociétés
Audit Copropriétés
Commissionnement

expertises
Thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge est une méthode de caractérisation des matériaux se basant sur l’analyse du rayonnement thermique qu’ils émettent naturellement. Le rayonnement thermique émis par un matériau dépend des caractéristiques physiques des matériaux (hétérogénéité structurelle, chimique…).
Capté par une caméra de thermographie correctement étalonnée, le champ de rayonnements thermiques est traduit en champ de températures. La thermographie permet un contrôle non destructif des matériaux par l’analyse de leur rayonnement.
 
Apports de la thermographie à la thermique du bâtiment
 
Dans le cadre de l’analyse de la performance énergétique d’un bâtiment, les possibilités qu’offre la thermographie infrarouge sont intéressantes. Elle peut aider à la définition d’un programme de rénovation énergétique lors d’un audit énergétique ou valider la qualité de la mise en œuvre lors de la livraison d’un bâtiment neuf ou rénové.
 
L’analyse d’un bâtiment à la caméra infrarouge permet :
 
  • De montrer les défauts d’isolation thermiques des parois et de révéler la nature des matériaux d’une paroi

     
    Défaut d’isolation dans un mur en bloc béton

 

  • De visualiser les ponts thermiques qu’ils soient linéaires ou ponctuels
     
    Mur non isolé, les plots de colle constituent
    un pont thermique à travers la lame d’air


    Pont thermique de plancher intermédiaire,
    pertes au dos des émetteurs
  • De détecter la présence d’humidité dans les parois
     
  • De localiser les défauts d’étanchéité à l’air : infiltrations, exfiltrations


     
  • De détecter les défauts d’irrigation des émetteurs de chauffage


     
  • De vérifier la qualité de mise en œuvre d’un plancher chauffant ainsi que d’éventuelles fuites de canalisations de chauffage enrobées

L’analyse des images

L’interprétation des images de thermographie n’est pas instantanée. A l’instar des médecins qui ont dû apprendre à lire les échographies, les BET apprennent à lire une thermographie. Et même avec de l’expérience, il arrive qu’il ne soit pas possible, par exemple, d’établir avec sûreté qu’une paroi est thermiquement isolée ou non. Une analyse des informations recueillies sur le bâtiment et son environnement à partir d’autres mesures doit être effectuée avant toute conclusion. La thermographie fournit beaucoup d’informations d’ordre qualitatif. Le passage au quantitatif est périlleux et suppose l’utilisation complémentaire d’outils bien plus fiables (thermomètres, hygromètres, fluxmètres, débitmètres…). Ils permettront de compléter les observations faites, de confirmer ou infirmer une interprétation de lecture, et le cas échéant, indiquer des valeurs, ou plutôt, des fourchettes de valeurs de paramètres (par exemple, le coefficient U d’une paroi).
 
Conditions d’utilisation

Le recours à la thermographie dans le bâtiment ne peut se faire que pendant la période hivernale. Une forte différence de température entre l’intérieur du bâtiment et l’extérieur est préférable car elle facilite l’exploitation des images en créant un meilleur contraste entre le bâtiment et son environnement. Le bâtiment doit néanmoins être chauffé plusieurs jours avant les captures selon son niveau d’inertie.
Pour les prises de vues extérieures, il faut privilégier les périodes avec peu de rayonnement solaire direct. C'est-à-dire à l’aube ou par temps couvert. Les prises de vues intérieures n’ont pas d’autres contraintes que celles d’une différence de température importante entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.